Les hauts et les bas de la FQN

Ici se retrouvent certains sujets controversés qui ont sucité des débats

Re: La difficile naissance de la FQN

Messagepar bobettebob » 31 Juillet 2021, 11:41

Cette histoire m'a mis puce à l'oreille, j'ai donc consulté la BanQ. Pas grand chose à souligner.

Le torchon "Nudistes du Québec" débute en avril 1976. "On y trouve également un feuilleton, "Mélissa", qui selon la publicité est plus impure que "Emmanuelle", mais qui connaîtra une destinée tragique."
Le Petit Journal, 4 avril 1976, page 6 : https://collections.banq.qc.ca/ark:/52327/4252549

Dans le journal La Patrie du 1er janvier 1977, organisation de voyages en Floride, 4 départs entre le 29 janvier et le 19 février, tout inclus, "entrée gratuite au Jupiter Sunshine Garden, opéré par les québécois Jean-Paul et Gisèle Veilleux, situé à 10 miles (16 km) du Holiday Inn où logeront les voyageurs. Transport gratuit."

patrie-test.png

Lire à la BanQ, page 25 : https://collections.banq.qc.ca/ark:/52327/4064024

Le 7 janvier 1977, le Photo-Journal annonce en page 5 que Jean-Marc Provost lance son calendrier érotique.
Lire: https://collections.banq.qc.ca/ark:/52327/3543653


Bon, c'était l'ère avant internet, à une époque où il y avait une bonne douzaine de centres naturistes à l'aube de la révolution sexuelle de 1969 alors que la religion chrétienne avait encore bcp d'influence au Québec, Le Paradis Terrestre organisait des concours de "Miss", il y avait une photo centrale dans le journal Photo Police... Bref, il avait flairé la bonne affaire à l'époque, le "nudisme" un peu "trash" dans le but de vendre des magazines, sans tomber dans la catégorie de "magazine de fesses". Les bons centres cherchaient une voie vers le bon chemin, la FQN est arrivée, et une poignée de centres ont répondu à la demande des libertins alors que les autres se sont alignés avec la Fédé... à lire dans le livre Nu de Michel.
Vous n’avez pas les permissions appropriées afin de consulter les fichiers insérés dans ce message.
bobettebob
Membre très impliqué
 
Messages: 570
Inscrit le: 19 Avril 2017, 11:46

Re: Les hauts et les bas de la FQN

Messagepar Michel Vaïs » 31 Juillet 2021, 17:51

Merci pour cette recherche, qui prolonge bien mon intervention, en la situant dans le contexte de l´époque.

J’ajoute une précision : le couple Lépine qui avait fondé le Paradis terrestre (1er centre «nudiste» durable au Québec) l’a revendu après quelques années à un cousin du même nom de famille, prénommé Gérard, qui plus tard est devenu brièvement président de la FQN, y causant un tort immense... Le C.A. (dont je ne faisais plus partie) a pu finalement s’en débarrasser grâce notamment à un de ses membres avocat, Me David Peippo, et au valeureux V-P Albert Courville, qui sera plus tard nommé membre à vie de la FQN. Qu’ils soient infiniment remerciés !
facebook.com/nu.simplement
michel-vais.hubside.fr
Avatar de l’utilisateur
Michel Vaïs
Membre invétéré
 
Messages: 1418
Inscrit le: 13 Août 2012, 10:27
Localisation: Verchères

Re: Les hauts et les bas de la FQN

Messagepar Jean Morency » 01 Août 2021, 08:34

C'était une époque effervescente au Québec dans bien des domaines. Je me rappelle combien il était aisé de trouver des coins de villégiature pas si loin des grands centres que sont Montréal et Québec pour profiter de la belle saison en toute nudité sans que cela face scandale.

Ces endroits étaient devenus si populaires qu'ils faisaient partie d'un répertoire dans notre magazine sous la rubrique " Plages libres ".

Comme tout se développait au Québec, la création entre autres des MRC a favorisé l'implantation de parcs régionaux, qui se sont appropriés de sites de villégiature. Tels que le parcours de la Rivière du Nord dans les Laurentides ainsi que des chutes Monte-à-Peine et des Dalles dans Lanaudière. Avec l'encadrement par ces entités, la pratique du naturisme est devenue interdite. Exception faite pour le parc provincial d'Oka dont nous connaissons l'historique. Au Lac Saint-Jean, la Pointe Taillon connu un triste sort malgré l'intervention de Michel Vaïs représentant la FQN à des audiences publiques.

Aujourd'hui beaucoup de personnes n'ayant pas connu cette époque cherchent des endroits dit " libres ", oubliez ça, c'est une époque révolue. De tels endroits s'il en existe sont gardés jalousement secrets et avec raison.

Alors créer des activités pour les naturistes apparait essentiel afin de rallier le plus grand nombre d'adeptes. Cela se fait en France notamment et prend de plus en plus d'ampleur. Les sections régionales auront cette responsabilité de trouver des piscines et centres sportifs pour répondre à la demande, encore faut-il que nous recrutions suffisamment de bénévoles pour accomplir ces tâches.

Tous les espoirs sont permis en autant que l'on puisse travailler en collaboration pour le bien commun. Savoir reconnaitre ce qui a été accompli avec la meilleur volonté en favorisant la bonne entente, afin que tous et toutes se sentent valorisés dans l'accomplissement de leur bénévolat.

Jean
Quel bonheur de vivre nu :)
Avatar de l’utilisateur
Jean Morency
Membre invétéré
 
Messages: 4603
Inscrit le: 08 Février 2013, 13:49
Localisation: Repentigny

Re: La difficile naissance de la FQN

Messagepar bobettebob » 01 Août 2021, 14:40

bobettebob a écrit:Jupiter Sunshine Garden, opéré par les québécois Jean-Paul et Gisèle Veilleux

L'article ne précise pas dans quelle ville c'était situé, juste "en Floride". Ce que j'ai pu trouver à la BanQ, au printemps 1979, le couple a publié des petites annonces pour un cuisinier, avec le numéro dans le code régional 305, ce qui correspond aujourd'hui à Miami, mais comprenais aussi Orlando jusqu'en 1988, devenu 407. Demande de dactylo bilingue en 1981.

Quelqu'un a des infos sur ce qu'est devenu Jupiter et ses propriétaires?
bobettebob
Membre très impliqué
 
Messages: 570
Inscrit le: 19 Avril 2017, 11:46

Re: Les hauts et les bas de la FQN

Messagepar Michel Vaïs » 01 Août 2021, 18:57

Les trois centres que je connaissais en Floride quand j’y suis allé en 1982 (pour le Congrès de la FNI) étaient Cypress Cove (qui avait accueilli le Congrès et qui existe toujours), Paradise Lakes, non loin de là, les deux près d’Orlando, et le Jupiter Sunshine Gardens, où je ne suis pas allé. Il y avait aussi quelques sorties en voilier sur des îlots déserts organisés par la Florida Free Beaches Association, alors naissante. J’ai publié des reportages illustrés de photos dans Au naturel à l’époque.

Jean Morency : non seulement avons-nous publié jadis des listes de plages libres dans le magazine, mais il y a eu aussi plusieurs éditions annuelles du Guide du Québec naturiste, où l’on trouve de nombreux sites fréquentés par des naturistes tels la carrière de Vaudreuil, la sablière de Saint-Lazare, celle des six lacs, le lac Simon, les Buissons à Manicouagan, le réservoir Choinière au parc de la Yamaska, la rivière Bras du Nord-Ouest à Baie Saint-Paul, les chutes Larose au parc du Mont Sainte-Anne, la Rivière Sauvage près du lac Delage, etc., etc. C’est Jacques-André Gill qui avait coordonné cette publication qui, dans la 3e édition (1996) comptait 18 collaborateurs.

Cette publication fait partie de celles, la plupart déjà numérisées, que j’ai fait parvenir à Jean Desbiens pour indexation et publication... un jour !
facebook.com/nu.simplement
michel-vais.hubside.fr
Avatar de l’utilisateur
Michel Vaïs
Membre invétéré
 
Messages: 1418
Inscrit le: 13 Août 2012, 10:27
Localisation: Verchères

Re: Les hauts et les bas de la FQN

Messagepar va-two-nu » 02 Août 2021, 08:12

[quote="Michel Vaïs"]Les trois centres que je connaissais en Floride quand j’y suis allé en 1982 (pour le Congrès de la FNI) étaient Cypress Cove (qui avait accueilli le Congrès et qui existe toujours), Paradise Lakes, non loin de là, les deux près d’Orlando, et le Jupiter Sunshine Gardens, où je ne suis pas allé. Il y avait aussi quelques sorties en voilier sur des îlots déserts organisés par la Florida Free Beaches Association, alors naissante. J’ai publié des reportages illustrés de photos dans Au naturel à l’époque.

Sans oublier les autres pionniers, tel: Lake Como, Seminole, Sunsprts Gardens, notamment.

Vittorio
va-two-nu
Membre invétéré
 
Messages: 1249
Inscrit le: 17 Avril 2016, 19:56

Deux conceptions s'affrontent pour les naturistes à Montréal

Messagepar Michel Vaïs » 10 Septembre 2021, 08:29

D'un côté, le CA de la FQN annonce la création du Groupe naturiste de Montréal – GNM – en tant que Section régionale (à l'instar du Groupe naturiste de Québec – GNQ –, qui célèbre ses 10 ans cette année), conformément à ses Règlements généraux ; d'un autre côté, François Lévesque, qui a présidé la FQN pendant plusieurs années, annonce la fondation du Club naturiste du Grand Montréal (CNGM) comme OSBL indépendante, qui demandera l'affiliation à la FQN.

Ainsi, deux conceptions s'affrontent. Il y a des avantages et des inconvénients de chaque côté. Je pourrais élaborer longuement sur chaque option. Le CNGM annonce quotidiennement sur sa page Facebook toutes les activités projetées à Montréal et dans la région (piscines, spas, etc.). J'ai réagi hier par une série de questions sur Facebook, auxquelles François voulait réagir, mais il m'a écrit ce matin pour me dire qu'il ne retrouvait plus mon commentaire... Il faut dire que souvent, Facebook rend les recherches difficiles.

Je me permets donc de reprendre ici ce que j'écrivais hier :

Est-ce que cela veut dire que ce nouveau club et le Groupe naturiste de Montréal (dont la FQN annonce la création ce dimanche) seront en concurrence pour offrir des activités aux mêmes endroits ? Ou bien y aura-t-il deux fois plus d’activités offertes aux naturistes ? Ce serait dangereux... à moins que le nombre de nouveaux adeptes augmente radicalement en un temps record ! Autre question : qui avancera l’argent pour réserver les lieux de pratique du naturisme (une soirée de piscine à l’Université coûte plus de 700$...) ? Est-ce qu’on attendra de récolter suffisamment de cotisations avant de faire une première réservation ? Ou est-ce que les dirigeants avanceront personnellement les sommes nécessaires ? Autre question : ce nouveau club possède -t-il une charte ? Si oui, qui sont les trois requérants de cette charte et quels sont les objets de ce club ? Enfin, ce club possède -t-il des Règlements généraux ? Peut-on les voir ? Cela dit, je ne suis pas contre cette initiative, mais elle me paraît avant tout motivée par un désir de vengeance d’avoir été mis au rancart, et semble bien précipitée...
facebook.com/nu.simplement
michel-vais.hubside.fr
Avatar de l’utilisateur
Michel Vaïs
Membre invétéré
 
Messages: 1418
Inscrit le: 13 Août 2012, 10:27
Localisation: Verchères

Re: Les hauts et les bas de la FQN

Messagepar ecolonu » 10 Septembre 2021, 15:03

Bonjour voici mes réponses aux questions de Michel Vaïs:

Est-ce que cela veut dire que ce nouveau club et le Groupe naturiste de Montréal (dont la FQN annonce la création ce dimanche) seront en concurrence pour offrir des activités aux mêmes endroits ? Ou bien y aura-t-il deux fois plus d’activités offertes aux naturistes ? Ce serait dangereux... à moins que le nombre de nouveaux adeptes augmente radicalement en un temps record !

Réponse :
Ce seront pour la plupart des activités semblables aux mêmes endroits et en utilisant les mêmes fournisseurs.

Il serait très mal avisé pour une fédération nationale d’organiser des activités régionales en concurrençant directement un nouveau club régional qui demande une affiliation. Il serait également mal avisé qu’un club régional s’immisce dans des activités d’une fédération nationale.

Bien sûr qu’en attendant l’émergence d’un club régional, une fédération peut prendre les devants et organiser des activités régionales soit directement ou par l’entremise d’un comité ou d’un groupe informel comme le GNQ. C’est ce que fait la FQN depuis des années.

Il ne doit pas y avoir trop d’activités offertes. Le nombre d’adeptes prendra du temps à progresser. Le nombre d’adeptes ne va probablement pas augmenter en un temps record.


Autre question : qui avancera l’argent pour réserver les lieux de pratique du naturisme (une soirée de piscine à l’Université coûte plus de 700$...) ? Est-ce qu’on attendra de récolter suffisamment de cotisations avant de faire une première réservation ? Ou est-ce que les dirigeants avanceront personnellement les sommes nécessaires ?

Réponse :
Immédiatement après la création officielle du club, les adhérents pourront commencer à financer les premières activités avec leur cotisation. Il est possible aussi que les premiers dirigeants contribuent au financement pour une période temporaire.


Autre question : ce nouveau club possède-t-il une charte ? Si oui, qui sont les trois requérants de cette charte et quels sont les objets de ce club ?

Réponse :
La seule démarche légale entreprise est la réservation de différents noms d’entreprise au Registraire des entreprises du Québec.


Enfin, ce club possède-t-il des Règlements généraux ? Peut-on les voir ?

Réponse :

Oui, une première version est disponible en ligne sous la page Adhésion du site web. Je n’ose pas mettre le lien ici.


Cela dit, je ne suis pas contre cette initiative, mais elle me paraît avant tout motivée par un désir de vengeance d’avoir été mis au rancart, et semble bien précipitée...

Commentaire :

La vengeance ne sert à rien. Le temps et le dialogue arrangent les choses. Lors d’une rencontre Zoom à la fin d’août, j’avais demandé s’il y avait les personnes intéressées à s’occuper des activités naturistes à Montréal. Une personne prête à s’engager nous a informés qu’elle avait toute son équipe mais je n’ai pas pu avoir d’avantage de détails. Ensuite en discutant du fonctionnement du GNQ et d’ONNO, j’ai manifesté mon désir de discuter au sujet de créer un club naturiste à Montréal… Oups… Le président de la FQN a martelé qu’il avait été décidé au CA de la FQN de créer le « Groupe naturiste de Montréal ». Moi, je n’étais pas content que la discussion fût coupée court et qu’aucune discussion ouverte n’eût pu se poursuivre au sujet d’un club indépendant affilié à la Fédération. Tout a été décidé par le c.a. de la FQN en mai 2021. Le seul choix offert pour la convocation du 12 septembre 2021 est de dire oui ou non à la création d’un groupe naturiste à Montréal semblable au GNQ à Québec et d’élire les administrateurs.

Dernièrement, j’ai regardé plusieurs options et discuté avec plusieurs personnes expertes en la matière et j’ai conclu assez rapidement qu’un club naturiste affilié à la FQN serait parfait pour une grande ville comme Montréal (4 millions d’habitants). La ville d’Ottawa (1.4 million d’habitants) a son propre club naturiste et est un exemple à suivre avec autant de participants qu’à Montréal et 3 fois moins de population…

Finalement dans les deux dernières semaines, j’ai reçu l’appui de plusieurs anciens bénévoles aux activités de la FQN qui sont intéressés à reprendre du service. Ensemble, on a bâti une proposition documentée d’un club, un groupe Facebook, un site web et une première version des règlements. Nous avons maintenant plusieurs personnes qui attendent d’adhérer au nouveau club. Comme dit Michel, l’initiative est bien précipitée…

En passant, nous n’avons jamais utilisé aucune information d’anciennes listes des membres de la FQN pour faire de la sollicitation!
François Lévesque, membre de la FQN
Avatar de l’utilisateur
ecolonu
Membre invétéré
 
Messages: 1042
Inscrit le: 23 Novembre 2009, 23:46
Localisation: Montréal, Ahuntsic

Précédent

Retour vers Débats

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

  • La Fédération
  • Plage d'Oka
  • Réseaux sociaux

x