La question des plages libres.

Soumettez vos idées et vos suggestions au CA. Obtenez les réponses à vos interrogations.

La question des plages libres.

Messagepar Tatou » 28 Mars 2015, 19:10

Image


Au sujet de la rencontre du conseil d’administration de la FQN du 25 mars,

Ecolonu a écrit...

'' Nous n’avons pas abordé la question des plages libres mais des contacts ont été établis depuis janvier avec certains amateurs de la plage d’Oka.''

Quelles sont vos attentes concernant les plages libres. Toutes vos suggestions seraient les bienvenues.
Tatou
Merci
sylvain
Avatar de l’utilisateur
Tatou
Membre invétéré
 
Messages: 1314
Inscrit le: 28 Octobre 2012, 20:06
Localisation: Mauricie

Re: La question des plages libres.

Messagepar Dany » 28 Mars 2015, 22:42

Tatou a écrit: Ecolonu a écrit...

'' Nous n’avons pas abordé la question des plages libres mais des contacts ont été établis depuis janvier avec certains amateurs de la plage d’Oka.''

Quelles sont vos attentes concernant les plages libres. Toutes vos suggestions seraient les bienvenues.
Merci





Dans un monde idéal, ou enfin presque idéal:

A Okapulco, la Sépaq reconnait enfin officiellement l'existance d'une section naturiste, et fait disparaitre les grandes pancartes sur lesquelles figurent des portions des lois 173 et 174 du code criminel et qui suggèrent que la nudité est un crime. :furieux:

Ils font disparaitre le poteau jaune qui limite la section "non-officielle" de naturisme a l'est et cessent leur chasse aux tous-nus qui s'aventurent au dela, dans la section de la plage qui est plus sauvage. :Cool:


Est-ce trop rever que de souhaiter aussi d'autres plages libres comme par example, sur la rive-sud de Montréal? :zik:
Dany
Membre actif
 
Messages: 161
Inscrit le: 02 Décembre 2013, 11:11

Re: La question des plages libres.

Messagepar Jean Morency » 29 Mars 2015, 00:23

Il serait intéressant de savoir dans quel but ces contacts ont été amorcés.

Quelle position la FQN entend-elle adopter spécifiquement pour Oka ? Car cette plage a une certaine reconnaissance " officieuse " des autorités. Y a-t-il déjà eu une amorce de contact avec les autorités gouvernementales qui gèrent les parcs de la part de la FQN ?

Faire reconnaître officiellement la portion actuelle d'Oka comme plage naturiste serait un bon début et pourrait avoir un effet d'entraînement pour d'autres endroits.

Jean
Quel bonheur de vivre nu :)
Avatar de l’utilisateur
Jean Morency
Administration FQN
 
Messages: 3437
Inscrit le: 08 Février 2013, 13:49
Localisation: Repentigny

Re: La question des plages libres.

Messagepar Michel Vaïs » 29 Mars 2015, 00:44

J'ai écrit, dans «Nu, simplement», tout un chapitre sur les plages libres. J'aborde en particulier le cas de celle d'Oka, entre autres aux pages 174 et suivantes:

Le 7 décembre 1982, la FQN, que je présidais, avait présenté publiquement, aux audiences de Saint-Eustache, un mémoire au ministre Guy Chevrette, responsable à Québec du loisir, de la chasse et de la pêche. Ce mémoire est publié intégralement dans «Au naturel» numéro 14, hiver 1983, p. 3-6. J’avais rédigé ce texte avec deux usagers naturistes d’Oka, le peintre François de Lucy et la poétesse Sylvie Gélinas-Sicotte. Cette unique fille de Gratien Gélinas, membre active de la FQN, habitait en outre dans la ville d’Oka, à deux pas de la maison paternelle. Elle venait souvent à la piscine naturiste du cégep de Maisonneuve, à Montréal, avec sa grande fille (qui deviendra la romancière bien connue Anne-Marie Sicotte), mais elle se désespérait de pouvoir y amener aussi son fils ado...

Le ministre péquiste m’a écouté en silence livrer un résumé de notre mémoire, dans lequel nous faisions état d’une présence attestée de naturistes sur la plage en question depuis les années 1950. Citant une abondante jurisprudence, nous demandions qu’une portion de la plage, bien délimitée, soit reconnue officiellement comme naturiste par l’installation de panneaux avertissant les usagers. Cela éviterait les heurts éventuels entre des familles naturistes bien intentionnées et des usagers textiles que les premières pourraient offenser involontairement. En outre, la présence de panneaux indiquerait aux naturistes où est la fin de la zone sans maillot, et les pousserait à se vêtir s’ils désiraient s’aventurer plus loin. Une telle plage naturiste officielle près de Montréal serait de nature à attirer un tourisme écologique dans la région. Le ministre m’a écouté, sans rire. Puis, silence. Lorsque je lui ai demandé s’il avait des questions, s’il avait compris notre demande, il a eu pour toute réponse: «Nous vous avons reçus et nous avons lu votre mémoire: c’est déjà beaucoup. On aurait pu vous refuser en bloc. Nous vous avons permis de vous exprimer publiquement. Soyez contents. » Au suivant !

L’attitude du gouvernement du Québec à l’égard des plages libres est paradoxale. La Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq) a demandé à la FQN, au printemps 2004, d’éliminer de son site Web toute référence au naturisme aux parcs d’Oka et du lac Simon. Naturellement, la FQN a refusé de s’y plier, car dans son site Web, elle énumère simplement les lieux où l’on constate une pratique naturiste, tout en recommandant aux adeptes de se rendre de préférence dans les centres naturistes reconnus. Mais voilà qu’en juillet 2005, le site officiel du ministère du Tourisme du Québec affichait une référence claire à la pratique naturiste sur la plage d’Oka, invitant les adeptes à s’y rendre: «Et que dire du riche patrimoine naturel du parc national d’Oka ? Aux abords du lac des Deux-Montagnes, la plage compte même une section naturiste, baptisée OKApulco. (Bien qu’il soit interdit, selon les autorités, le naturisme y est toléré depuis près de vingt ans.) » [sic] Sans compter que tous les étés, des douzaines de touristes européens sont dirigés par le ministère du Tourisme vers le bureau de la FQN au stade Olympique, en quête d’information sur les lieux où il est possible d’être nu. En mai 2011, le populaire magazine «L’actualité» dresse pour ses trente-cinq ans une liste de trente-cinq plages québécoises, et précise pourquoi on met le site d’Oka en première place: «Pour sa grande plage couleur paille, sa proximité avec Montréal et sa section pour naturistes, surnommée “Okapulco”. »

Cela dit, quiconque demande aux employés du parc d’Oka où est la plage naturiste se fait répondre qu’il n’y en a pas et que «le nudisme est interdit partout dans le parc». Plusieurs journalistes en quête d’un reportage l’ont appris à leurs dépens. Seuls les mieux renseignés ont évité de rebrousser chemin. Pour le moment, une entente tacite semble exister entre les usagers naturistes (qui ne sont pas légalement constitués, rappelons-le, le Groupe de préservation d’OKApulco n’a aucune existence légale) et la direction du parc: il est permis de parler de naturisme dans les médias naturistes, mais pas ailleurs. En échange de quoi les usagers naturistes ont obtenu quelques poubelles, des tables de pique-nique, des fontaines d’eau fraîche, et même un casse-croûte (où il faut se rendre au moins vêtu d’une serviette), de l’autre côté de la piste cyclable qui longe la plage. Un des directeurs du parc Paul-Sauvé, s’étant montré trop conciliant envers les naturistes (qui espéraient une forme de reconnaissance officielle), s’est trouvé du jour au lendemain muté en Abitibi! Il a regretté son ouverture, apparemment trop risquée pour des hauts fonctionnaires ou des politiciens...

Pourtant, le ministre de la Justice du Québec – et plus tard, ministre de l’Environnement –, le péquiste Paul Bégin, s’est montré plus qu’ouvert à la pratique naturiste au parc d’Oka. Lorsque je l’ai rencontré, au tout début de 1997, il m’a assuré qu’il n’avait aucune intention, à titre de procureur général, de poursuivre des personnes qui n’auraient fait que pratiquer le naturisme sur la plage dite libre d’Oka. Il a même adressé à la FQN une copie de sa directive ministérielle à cet égard, à la suite d’une demande qui lui était adressée en novembre 1996. Comme l’écrit Jacques-André Gill dans «Au naturel» numéro 47, été 1997, le ministre précise « que ses adjoints (les substituts du procureur général) doivent suivre la directive ministérielle No NUD-1 (datant de 1987) » et « qu’ils sont appelés à intervenir seulement après qu’une enquête policière a été effectuée. Cette directive précise quand un recours, au Québec, est approprié ou non en vertu de l’article 174 du C.cr. »

L’article de Gill, publié en 1997, poursuit en étudiant la directive ministérielle NUD-1 :
À l’article 1, la directive prévoit qu’aucun recours n’est opportun lorsque la nudité est pratiquée dans l’un ou l’autre de ces quatre endroits: un endroit isolé ou empreint d’une certaine intimité ou contrôlé, dont le public en général peut être exclu, ou dans un endroit apparemment peu fréquenté par le public en général.

Il est évident que les sites naturistes tel celui d’Oka répondent à quatre des critères pour lesquels « aucun recours n’est opportun » : la plupart des sites naturistes sont isolés et peu fréquentés; pour ceux jouxtant des lieux publics, leur emplacement, choisi avec soin par les naturistes (qui y maintiennent d’ailleurs une propreté exemplaire en y respectant l’état naturel), fait en sorte qu’il s’agit d’endroits «apparemment peu fréquenté[s] par le public en général». Noter que cette expression ne signifie pas «isolé» ou «peu fréquenté», mais plutôt fréquentés par ceux qui ont une raison particulière de s’y rendre. Jacques-André Gill poursuit :

Tout en étant des endroits publics, ces lieux ne sont pas d’un accès fortuit: ils exigent pour s’y rendre volonté et effort car ils sont situés en dehors de la voie publique. Les sites naturistes publics, même lorsqu’ils sont physiquement proches, demeurent néanmoins toujours des endroits non fréquentés par le public en général.

À l’évidence, cette directive d’un ministre de la Justice du Québec constitue une reconnaissance que la pratique naturiste dans des lieux précis ne devrait pas être visée par l’article 174 du Code criminel. Les autorités du parc d’Oka devraient donc faire enlever les panneaux dissuadant les naturistes de fréquenter la plage naturiste traditionnelle, ou demandant aux naturistes de se rhabiller en les menaçant de poursuites. La police a clairement reçu la directive de ne pas sévir pour une simple question de nudité (d’ailleurs, il y a aussi des policiers naturistes qui, en congé, fréquentent la plage d’Oka, naturellement nus), mais d’intervenir uniquement en cas d’infractions à la loi, et la pratique naturiste n’en est pas une.

Derniers développement au sujet de la plage d’Oka: le 15 septembre 2010, le directeur du parc, Richard Rozon, écrit à René Beauchamp, trésorier de la FQN. Ce dernier, en remplissant un formulaire d’appréciation adressé à la clientèle du parc, et destiné à «apporter à nos produits et services des améliorations», avait demandé une nouvelle fois que la plage naturiste soit reconnue. Rozon lui a répondu : « [L]e nudisme n’est pas sous notre juridiction. Tout comme les actes de grossière indécence, le nudisme est assujetti dans la province du Québec à l’application du code criminel, notamment à l’article 174. Seule la Sûreté du Québec a donc un pouvoir d’intervention à cet égard. Conséquemment, il ne nous sera pas possible de donner suite à votre demande. Pour plus d’information, nous vous invitons à contacter la Sûreté du Québec. » Bref, on tourne en rond !

Soulignons d’abord que le directeur du parc semble mettre dans le même sac la pratique naturiste (évidemment, il ne parle que de «nudisme» plutôt que de naturisme) et les actes de grossière indécence. Ensuite, cette position prudente n’est pas nouvelle. Déjà au tournant des années 1990, un directeur du parc d’Oka nous avait fait la même réponse. Nous sommes donc allés voir la Sûreté du Québec à Saint-Eustache (on nous avait précisé à l’époque que la surveillance de la plage naturiste relevait de ce poste). Là, on nous a très bien accueillis. Puisque j’avais apporté avec moi des magazines naturistes américains et québécois mentionnant la plage d’Oka comme une destination naturiste populaire, les policiers m’ont demandé l’autorisation de faire des photocopies des pages qui traitaient d’Oka. Ce à quoi je me suis plié avec empressement. Ils nous ont par la suite rassurés en nous disant qu’ils n’interviendraient jamais à la suite de plaintes concernant uniquement la pratique naturiste, mais qu’ils se réservaient le droit d’intervenir s’il se passait des méfaits. Le simple fait d’être nus sur cette plage n’en constituait pas un à leur avis. Nous pouvions donc nous y reposer en toute sérénité.

Interrogés alors sur la présence de panneaux «interdisant» la nudité partout dans le parc d’Oka, les policiers ont répondu que cela ne concernait pas la plage, où le parc n’avait pas juridiction. Ainsi, le parc ne peut nous interdire d’être nus sur la plage, disant que cela relève de la police, et la police nous assure que la pratique naturiste n’est pas visée par une interdiction, mais que les panneaux dans le parc relèvent de la direction du parc. Alors, que faire? Il est certain que ces panneaux dissuadent toujours les néophytes, faisant passer la pratique naturiste comme une activité clandestine ou hors-la-loi. Ces panneaux titillent aussi les voyeurs, en les renseignant sur une activité que, parfois, ils ignoraient, et en dramatisant la présence de personnes nues au lieu de la faire passer pour naturelle.
facebook.com/nu.simplement
Avatar de l’utilisateur
Michel Vaïs
Membre invétéré
 
Messages: 1022
Inscrit le: 13 Août 2012, 10:27
Localisation: Verchères

Re: La question des plages libres.

Messagepar Jean Morency » 29 Mars 2015, 15:50

Merci Michel de ces utiles et instructives précisions, façon de remettre les pendules à l'heure.

En résumé, personne au gouvernement par législation ou autres ne veut se " mouiller " en ce qui NOUS concerne. J'imagine qu'une cause devant les tribunaux ( comme cela s'est produit en 1987 ) aurait pour effet d'établir que les mentalités au Québec ont grandement évoluées pour finalement faire jurisprudence, ce qui pourrait avoir comme effet de faire bouger les autorités dans le bon sens en indiquant clairement notre droit d'exister et d'avoir notre place au soleil. Hélas au Québec on semble toujours attendre des décisions des tribunaux pour faire un pas en avant, tellement nos partis politiques sont électoralistes et ont peur de déplaire à la majorité, c'est navrant.

Consolation, la police semble voir clair dans le cas précis d'Oka ainsi que les agents sur le terrain, heureusement. Les autorités du parc par contre s'obstinent à y laisser leurs pancartes d'interdiction et de mise en garde, comme vous le dites elles favorisent le côté voyeuriste et malsain attirant ainsi les mal-intentionnés. Les retirer aurait pour effet de diminuer le travail de ces mêmes agents qui doivent sans cesse s'occuper d'éloigner les voyeurs et autres sbires.

Une situation à suivre

Jean
Quel bonheur de vivre nu :)
Avatar de l’utilisateur
Jean Morency
Administration FQN
 
Messages: 3437
Inscrit le: 08 Février 2013, 13:49
Localisation: Repentigny

Re: La question des plages libres.

Messagepar decouverte2015 » 08 Septembre 2016, 18:01

Sujet très intéressant aussi !
J'imagine que si cette plage devenait une plage officielle, nous ne serions plus vus comme des hors-la-lois et que ces pancartes disparaîtraient, en même temps le Parc ne pourrait plus vraiment nous cachés, et serait dans l'obligation de répondre aux questionnements des gens par rapport à la plage naturiste.

La question qui me chicotte le plus est :
A t'on quelque chose à perdre ?

Pourrait-on encore venir sur cette plage en maillot ?
Cette plage va t'elle devenir trop populaire ?
Va t-on attiré d'autres problèmes ?

Devrait-on demeurer encore incognito même si nous sommes parfois 400 naturistes sur cette plage ?

Ou, vous pensez que tout serait pour le mieux ?
J'aimerais vraiment savoir ce que vous pensez ?
Peut-être faudrait-il étudier l'histoire des autres plages naturistes devenues officielles au Canada ?
Peut-être que nous aurions tout à gagner ?
Patrice
Le paradis; c'est ici
Partir ; pu jamais !!!
Avatar de l’utilisateur
decouverte2015
Membre très impliqué
 
Messages: 749
Inscrit le: 15 Octobre 2015, 19:17


Retour vers Idées, suggestions et questions pour la FQN

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

  • La Fédération
  • Plage d'Oka
  • Réseaux sociaux

x