Qu'avez-vous à dire aujourd'hui...

Pour les sujets qui ne collent pas dans les autres catégories

Re: Qu'avez-vous à dire aujourd'hui...

Messagepar va-two-nu » 26 Avril 2018, 12:23

bobettebob a écrit:
va-two-nu a écrit:Pourquoi pas des cours de Naturisme!

Euh... Comment aborderais-tu ce sujet ?

Le naturisme, comme style de vie à la maison ou comme loisir estival, rélève principalement de l'initiative des parents...


Simplement en faisant l'historique, et la situation à ce moment.

Vittorio
va-two-nu
Membre très impliqué
 
Messages: 877
Inscrit le: 17 Avril 2016, 19:56

Re: Qu'avez-vous à dire aujourd'hui...

Messagepar Helby » 26 Avril 2018, 22:27

Des cours de naturisme ???

Comment donner des cours sur un sujet qui n'est même pas reconnu de la société.

Ça serait bien mais c'est utopique.
Avatar de l’utilisateur
Helby
Membre très actif
 
Messages: 310
Inscrit le: 13 Juillet 2010, 11:42
Localisation: Lanaudière

Des cours sur le naturisme ?

Messagepar Michel Vaïs » 26 Avril 2018, 23:09

Je vous informe, ou vous rappelle, que Stéphane Deschênes, propriétaire de Bare Oaks et ancien président de la FCN, donne des cours sur le naturisme à l'Université de Toronto depuis plusieurs années. Voir sur son blogue. Je lui ai déjà fourni pas mal de documentation, et il m'a donné ses notes de cours.

J'ai moi-même donné plusieurs conférences sur le naturisme dans des cégeps et à l'Université, dans le cadre de différents cours. Le naturisme peut-être abordé de multiples façons : hygiénique, historique, psychologique, sociologique, architectural, du point de vue du loisir, de l'économie, etc. J'aborde certains de ces aspects dans mon livre, qui a donné lieu à plusieurs conférences, au Québec et en France.

J'y rappelle entre autres que j'ai aussi déjà réalisé une émission à la Chaîne culturelle de Radio-Canada sur le naturisme, et j'ai été depuis de nombreuses années en contact avec des documentaristes qui ont travaillé sur le naturisme. En fait, c'est par un projet de film sur le naturisme qu'a été lancée la FQN en 1977. J'avais, en 1976, reçu une subvention de l'Office national du film du Canada pour réaliser avec Gilles Gascon un documentaire sur le naturisme, et c'est Anne-Claire Poirier qui était notre productrice déléguée. Nous y abordions de nombreux aspects de l'expérience --ou la pratique, la pensée-- naturiste. Finalement, le projet de film a bloqué au niveau de la scénarisation (il y a plusieurs étapes à franchir lorsqu'on élabore un projet de film, tous les cinéastes en savent quelque chose!), mais la documentation amassée a servi à lancer le projet de créer une fédération réunissant les naturistes. En vue du film, j'avais notamment réalisé un sondage dans TOUS les centres naturistes du Québec, dont j'ai encore chez moi les 600 réponses obtenues. Tout cela fournirait matière à bien des cours, au niveau secondaire, collégial ou universitaire...!

Je rappelle aussi ce que j'ai souvent dit : je suis prêt à aller n'importe où donner des conférences ou des cours sur le naturisme. Organisez quelque chose et contactez-moi.
facebook.com/nu.simplement
Avatar de l’utilisateur
Michel Vaïs
Membre invétéré
 
Messages: 1037
Inscrit le: 13 Août 2012, 10:27
Localisation: Verchères

Re: Qu'avez-vous à dire aujourd'hui...

Messagepar Jean Morency » 27 Avril 2018, 05:15

C'est certain que si l'on considère le naturisme que par la lorgnette du bronzage nu sur une plage, on n'y verra pas grande matière à élaborer. Mais le naturisme c'est beaucoup plus que ça.

Michel mentionne très bien tous les aspects que peut englober le naturisme. Et pour ceux et celles qui en font un mode de vie cela représente beaucoup plus que le simple fait de vivre nu. Pas surprenant que bien des gens n'arrivent pas à saisir le bien-fondé de ce mode de vie, y mettant uniquement un focus souvent biaisé sur l'aspect nudité.

Nous avons tous et toutes à nos débuts en tant que futurs naturistes " accroché " à cet aspect nudité, cela fait partie du processus d'apprentissage si l'on peut dire, il n'y a qu'à constater les multiples interrogations, bien légitimes, que posent les néophytes. Mais plus la personne intègre cette pratique plus elle constate que ce mode de vie englobe bien d'autres éléments de celle-ci.

Jean Morency
Quel bonheur de vivre nu :)
Avatar de l’utilisateur
Jean Morency
Administration FQN
 
Messages: 3495
Inscrit le: 08 Février 2013, 13:49
Localisation: Repentigny

Re: Des cours sur le naturisme ?

Messagepar bobettebob » 27 Avril 2018, 11:34

Michel Vaïs a écrit:Je vous informe, ou vous rappelle, que Stéphane Deschênes, propriétaire de Bare Oaks et ancien président de la FCN, donne des cours sur le naturisme à l'Université de Toronto depuis plusieurs années.

Mais y a-t-il suffisamment de contenu pour couvrir environ 15 cours de 50 à 75 minutes par semaine, par session universitaire ?

Dans ma réponse initiale donnée à Va2Nu, j'imaginais un cours sur le naturisme hebdomadaire d'une heure donné au cours des 35-37 semaines de l'année scolaire au primaire et/ou secondaire... Ça fait beaucoup !

Les jeunes sont méchants. Ça a bien changé depuis le temps que j'allais à l'école (primaire fin années 80, secondaire début années 90), dans une p'tite ville de l'Abitibi où la population était majoritairement québécoise de souche. Une famille noire s'était installée dans notre ville et a enduré du racisme direct et indirect. Pour les trois enfants du spectre de l'autisme dans une classe spéciale, ils se faisaient ridiculiser par certains et recevaient de l'empathie par les autres. Une citoyenne avec un surplus de poids se faisait surnommer « la grosse (nom) »... On conclut rapidement qu'il y a de faibles possibilité qu'un jeune de parents naturistes fera partie de la gang des méchants, ayant été exposé "sur le terrain" à accepter la différence.

C'est un exemple de matière qui manque à l'école, expliquer la différence. Pourquoi madame a des gros lolos. Pourquoi ce monsieur semble mesurer pas plus que 5 pieds. Que certaines personnes ont des capacités supérieures à retenir des informations que d'autres. Comment s'y prendre pour aider une personne aveugle, ou en chaise roulante. Et j'en passe... Ces différences physiques et mentales, expliquées, peuvent s'étendre à du contenu du domaine "naturiste". À quoi servent les poils, à quoi servent les menstruations, pourquoi il est préférable de se doucher avant de plonger dans la piscine, et après... Là, on entre dans les cours d'éducation sur la sexualité...

Mes cours de religion au primaire, c'était la "catéchèse", disons qu'il restait des religieuses (aucune en habit de voile) dans le corps enseignant, la bible, la confirmation, etc. Les "témoins" quittaient la classe. Puis au secondaire, on nous a plutôt montré comment vivaient les adeptes de bouddha, de l'islam, etc. C'est exactement là qu'on devrait expliquer ce que représente le port du voile, le turban, le kirpan, et autres...
bobettebob
Membre très actif
 
Messages: 323
Inscrit le: 19 Avril 2017, 11:46

Re: Qu'avez-vous à dire aujourd'hui...

Messagepar Michel Vaïs » 28 Avril 2018, 01:12

Je n’ai AUCUNE crainte quant au contenu. J’ai enseigné 12 ans dans trois universités (McGill, UQAM et UdeM) et j’ai vu les plans de cours de Stéphane.

Il ne faut pas se contenter de ce qu’on trouve dans les médias ou sur Internet. Je pourrais vous suggérer une abondante bibliographie sur la naturisme si cela vous intéresse.
facebook.com/nu.simplement
Avatar de l’utilisateur
Michel Vaïs
Membre invétéré
 
Messages: 1037
Inscrit le: 13 Août 2012, 10:27
Localisation: Verchères

Re: Qu'avez-vous à dire aujourd'hui...

Messagepar bobettebob » 02 Mai 2018, 16:01

Inmanquable. Ça revient à tous les printemps. Première journée où le mercure atteint 25°C, commission à faire, sort la paire de shorts de son entrepôt hivernal, enfile, et hop, petit tour au centre d'achats à pieds. Retour à la maison, assis sur le divan... Ben voyons, les shorts sont trop petits. Et là débute les questionnements. Ais-je pris du poids, de la bédaine, du tour de taille cet hiver ?

Au moins, vous mesdames, pouvez porter une jupe... sans oublier le sous-vêtement en cette journée venteuse... :lol:
bobettebob
Membre très actif
 
Messages: 323
Inscrit le: 19 Avril 2017, 11:46

Re: Qu'avez-vous à dire aujourd'hui...

Messagepar bobettebob » 04 Mai 2018, 12:29

Les beaux jours reviennent, annonçant une vague de shorts et de gambettes à l’air. Enfin, pas pour tout le monde. Dans un lycée du Var, à Brignoles, un groupe de lycéens apprenait la semaine dernière que la direction empêchait les filles de se présenter en short ou les épaules nues, rapporte le quotidien Var-Matin et la chaîne de télévision France 3 régions. Selon des lycéennes, qui ont manifesté devant les grilles de leur établissement jeudi 19 avril au matin, « on vérifie ce que nous portons sous nos vestes, ou si nos sous-vêtements ne sont pas visibles sous nos jupes ».

La direction du lycée a démenti avoir procédé à ces vérifications : « Aucune personne du lycée n’a demandé à une élève de se baisser pour vérifier que sa culotte n’était pas apparente. » Mais a confirmé qu’une élève avait dû porter une blouse pour masquer un short « inadapté ».

C’est loin d’être la première fois que des lycéennes disent être soumises à des injonctions vestimentaires de la part de la direction de leur établissement, auxquelles les garçons échappent. Les réseaux sociaux fourmillent de messages de jeunes filles à qui on a reproché une tenue indécente ou une jupe trop courte.

En janvier, la page Facebook Paye ton bahut a même été lancée par une élève de terminale pour compiler les remarques sexistes entendues au lycée, au-delà des consignes de l’administration.

Un phénomène mondial

Ces faits ne sont pas propres à la France. Au début de la semaine du 16 au 22 avril, des lycéennes américaines ont ainsi participé à un « bracott », un terme issu de la contraction de « bra » (« soutien-gorge »), et de « boycott ». Elles sont allées au lycée sans soutien-gorge et avec des tee-shirts à slogan.

L’initiative a été lancée par Lizzy Martinez, une élève du lycée Braden River, à Bradenton (Floride). Après un week-end passé à nager et à bronzer, l’adolescente de 17 ans se rend compte le lendemain qu’elle a des coups de soleil qui lui font mal, raconte le New York Times. Elle enfile donc un tee-shirt ample noir et se passe de soutien-gorge, serrant et donc douloureux sur sa peau brûlée. Quinze minutes après le début de son premier cours, la voilà appelée à sortir de la salle. Deux membres de la direction de son lycée lui demandent alors pourquoi elle ne porte pas de soutien-gorge et lui disent que cela est contraire au règlement du lycée.

Une affirmation fausse : le règlement, consulté en ligne, ne fait nullement mention d’obligation du port du soutien-gorge. Il lui est ensuite demandé de mettre un marcel sous son tee-shirt parce que les garçons la regardent et se moquent d’elle. L’adolescente dira plus tard que personne ne lui avait fait de remarque, mais elle obéit. La doyenne de l’école lui dit ensuite que ses tétons sont toujours visibles — sous le marcel et l’ample tee-shirt noir — et lui demande de les cacher avec des pansements. Lizzy Martinez s’exécute, puis les retire aux toilettes, en pleurs, quarante-cinq minutes plus tard.

Dans la soirée, elle raconte l’événement sur Twitter. Son message est relayé plus de 14 000 fois et « aimé » plus de 50 000 fois.

Traduction Twitter : « J’ai décidé de ne pas porter de soutien-gorge aujourd’hui et j’ai quitté la classe parce qu’un de mes professeurs se plaignait que c’était une “distraction” pour les garçons de ma classe. Mon école m’a dit en gros que l’éducation des garçons était plus importante que la mienne. et que je devrais avoir honte de mon corps. »

De l’hypersexualisation au « slut-shaming »

Dans les discussions qui entourent ces sujets, le terme d’« hypersexualisation », qui consiste à donner un caractère sexuel à un comportement qui n’en a pas, est régulièrement employé. Interrogée sur Twitter, une élève du lycée de Brignoles rapporte ainsi que « les représentants des lycéens nous ont dit que la proviseure souhaite interdire les shorts, jupes et débardeurs, sous prétexte que cela pouvait perturber les garçons. On parle d’hypersexualisation à ce stade. »

Meredith Harbach, professeur à l’université de Richmond, dans le Tennessee, a travaillé sur « la sexualisation, discrimination basée sur le sexe, et le code vestimentaire des lycées ». Elle explique au New York Times que les problèmes se posent quand les écoles imposent des exigences fondées sur les stéréotypes sexuels. « Dans le cas de Lizzy Martinez, par exemple, l’école fonde cette notion que “les seins libres sont sexuels et susceptibles de causer des perturbations, de distraire les autres élèves” », explique-t-elle. Un hashtag est d’ailleurs utilisé depuis des mois sur les réseaux sociaux par des filles qui ne veulent plus être vues comme des distractions — #ImNotADistraction (« je ne suis pas une distraction »).

« Non au slut-shaming » brandissait encore une lycéenne de Brignoles, jeudi matin, reprenant un terme qui apparaît, lui aussi, régulièrement lors d’événements semblables. Contraction de « slut » (« salope ») et « shame » (« honte »), ce terme désigne le fait de rabaisser ou de culpabiliser une femme à cause de son comportement sexuel. L’un des leviers du slut-shaming est de considérer que parce qu’une femme porte tel ou tel vêtement, c’est une « salope ».

Selon Mme Harbach : « Ce genre de messages qui cible les jeunes femmes — votre jupe est trop courte, vous semblez trop sexy, vous distrayez les garçons — détourne toute conversation » sur le comportement mutuellement respectueux que doivent avoir les filles et les garçons à l’école.

Source: http://www.lemonde.fr/big-browser/artic ... 32693.html

Pauvres garçons...

Ça me rappelle un phénomène d'il y a quelques mois déjà, celui d'interdire la nudité dans les vestiaires, utilisant la règle "En occident, on se met nu pour baiser et se laver". De l'hypersexualisation dans les vestiaires ?
bobettebob
Membre très actif
 
Messages: 323
Inscrit le: 19 Avril 2017, 11:46

Re: Qu'avez-vous à dire aujourd'hui...

Messagepar Jean Morency » 04 Mai 2018, 14:30

On a beaucoup de chemin à faire en ce qui concerne la simple nudité, mais aussi en regard du respect des uns envers les autres.

Cela commence à la maison par l'éducation, de toute évidence on a faillit à la tâche collectivement. L'école est alors aux prises avec le problème de ce manque d'éducation, mais aussi avec des directions d'établissements scolaires dépassées par les événements.

J'imagine que ce ne sont pas tous les établissements scolaires qui font face à ces problèmes, cependant cela semble prendre de plus en plus d'ampleur et se généraliser.

Je suis convaincu que des enfants élevés en milieu naturiste risquent moins d'adopter des comportements malsains face à la nudité, contrairement à ce que plusieurs seraient tentés de penser. Et on ne fait plus face aux mêmes problèmes de société non plus. Les nouvelles technos viennent ajouter d'autres paradigmes aux relations interpersonnelles, surtout chez les jeunes générations de moins en moins en phase avec leurs ainés.

Les défis sont donc grands pour le milieu scolaire.

Jean Morency
Quel bonheur de vivre nu :)
Avatar de l’utilisateur
Jean Morency
Administration FQN
 
Messages: 3495
Inscrit le: 08 Février 2013, 13:49
Localisation: Repentigny

Re: Qu'avez-vous à dire aujourd'hui...

Messagepar HenryT » 05 Mai 2018, 09:57

Est-ce que c’est possible de trouver une liste des campings naturiste au Québec :idée:
HenryT
Membre en éveil
 
Messages: 4
Inscrit le: 31 Janvier 2016, 21:19

PrécédentSuivant

Retour vers Varia

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)

  • La Fédération
  • Plage d'Oka
  • Réseaux sociaux
cron

x